KmerPad, l’hygiène menstruelle au service de l’éducation des jeunes filles

J'aime Ne bouge pas J'aime plus
 
3

En périphérique de Yaoundé, dans les locaux de la coopérative KmerPad, des couturières assurent chaque jour la confection intégrale de serviettes hygiéniques réutilisables, fabriquées à base de coton d’origine locale. Elles seront ensuite distribuées en grandes surfaces et données gracieusement dans des communautés rurales à travers le Cameroun. Olivia Mvondo Boum est la co-fondatrice et directrice des opérations de KmerPad, une organisation qui a pour mission d’améliorer les conditions de vie et d’hygiène de milliers de jeunes filles et femmes Africaines à travers des accessoires d’hygiène intime et des ateliers de sensibilisation.

Dans l'atelier de confection des serviettes hygiéniques KmerPad (Yaoundé)
Dans l’atelier de confection des serviettes hygiéniques KmerPad (Yaoundé)

De part et d’autre du monde, les femmes rencontrent de nombreux défis sociaux, économiques et culturels lorsqu’elles ont leurs menstruations – phénomène naturel et pourtant tabou dans la société actuelle. Au Cameroun, et dans de nombreux pays en développement, les jeunes femmes issues de milieux défavorisés ont difficilement accès aux protections sanitaires (serviettes hygiéniques, tampons, coupes) en raison de leur coût élevé. Elles sont alors contraintes d’utiliser des moyens alternatifs tels que des feuilles de bananes, des morceaux de tissu, ou encore du papier qui peuvent s’avérer dangereux et mettre en péril leur santé. Certaines jeunes filles sont alors obligées d’interrompre leur scolarité pendant plusieurs jours à cause de leurs règles.

Campagne de sensibilisation sur l'hygiène menstruelle auprès des jeunes
Campagne de sensibilisation sur l’hygiène menstruelle auprès des jeunes

D’après l’Unesco, une femme sur dix en Afrique ne va pas à l’école au moment de ses règles. Une mauvaise hygiène menstruelle peut donc constituer un frein à la scolarisation des jeunes femmes, et entrainer par la suite des conséquences négatives sur sa vie. Pour répondre à cette problématique, Olivia Mvondo Boum et son équipe ont conçu une alternative plus accessible aux jeunes femmes défavorisées: des serviettes hygiéniques lavables et réutilisables pendant une période de deux ans.

Olivia et des jeunes lycéennes après une journée de sensibilisation à l'hygiène menstruelle dans la commune de Ndikinimeki (Centre, Cameroun)
Olivia et des jeunes lycéennes après une journée de sensibilisation à l’hygiène menstruelle dans la commune de Ndikinimeki (Centre, Cameroun)

Le projet voit le jour alors qu’Olivia vit en Ouganda avec son mari qui travaille dans l’humanitaire. Ayant vécu une majeure partie de sa vie en Europe, elle découvre, dans ce nouvel environnement, les nombreuses problématiques économiques et sociales auxquelles font face les couches les plus démunies de la population, en particulier les jeunes femmes. Elle réalise alors qu’elle aussi peut apporter une contribution positive.

Olivia Mvondo Boum dans l'atelier de confection de la coopérative KmerPad (Yaoundé)
Olivia Mvondo Boum dans l’atelier de confection de la coopérative KmerPad (Yaoundé)

Après avoir mené plusieurs études sur le sujet, Olivia et ses co-fondateurs décident de faire confectionner au Cameroun des serviettes hygiéniques lavables et réutilisables afin d’adresser un problème majeur auquel font face de nombreuses jeunes femmes défavorisées au Cameroun: l’absence d’une bonne hygiène menstruelle. Le premier produit de KmerPad voit ainsi le jour sous la marque “FAM”: un kit composé de trois serviettes hygiéniques lavables et réutilisables, d’accessoires, et d’un guide d’utilisation.

Le kit de serviettes hygiéniques produits commercialisé à 3000 FCFA sous la marque "FAM "
Le kit de serviettes hygiéniques produits commercialisé à 3000 FCFA sous la marque « FAM « 

KmerPad oeuvre aussi bien en faveur de l’hygiène intime des femmes que pour leur autonomisation en garantissant aux couturières un emploi stable. Elles deviennent ainsi autonomes et peuvent contribuer aux besoins de leur famille. La fabrication de ces serviettes hygiéniques réutilisables répond non seulement à une problématique sociétale mais permet aussi de soutenir l’économie locale et l’autonomisation des femmes tout en préservant l’environnement.

Les opératrices de confection de serviettes hygiéniques Kmerpad
Les opératrices de confection de serviettes hygiéniques Kmerpad

« Pour permettre aux jeunes filles d’avoir accès à ces accessoires, il faut les accompagner d’une sensibilisation. » Olivia Mvondo Boum

Olivia et son équipe parcourent le Cameroun pour mener des campagnes de sensibilisation et des ateliers de formations à l’hygiène menstruelle en particulier auprès des jeunes filles et adultes des communes rurales. Le manque d’informations et les mythes existant sur les menstruations rendent difficile la compréhension de la santé et de l’hygiène féminine. Il est alors important pour elle d’accompagner la commercialisation de produits d’hygiène intime d’une sensibilisation dans les lycées et collèges des communautés ciblées.

Diaporama de

Grâce aux nombreux efforts d’Olivia et son équipe, KmerPad a reçu de nombreuses reconnaissances à travers le monde. En 2015, l’organisation a été lauréate du Prix SIGEF (Social Innovation and Global Ethics Forum) en Suisse pour la meilleure initiative, elle remporte aussi le prix Madiba 2015 « Vivre Ensemble » et est lauréate du Prix de l’initiative « La France s’engage au sud » lancée par le Président François Hollande, qui vise à soutenir et à accompagner l’innovation sociale dans les pays en développement.

En 2015, Olivia Mvondo Boum à l'Elysée entourée d'autres lauréats du prix "La France s'engage au Sud" du Président François Hollande
En 2015, Olivia Mvondo Boum à l’Elysée entourée d’autres lauréats du prix « La France s’engage au Sud » du Président François Hollande
Olivia Mvondo Boum et le professeur Yap Boum, les co-fondateurs de KmerPad, au SIGEF à Genève
Olivia Mvondo Boum et le professeur Yap Boum, les co-fondateurs de KmerPad, au SIGEF à Genève
Andréa Bomo

l'auteur

Andréa Bomo

Andréa Bomo est une journaliste et documentariste qui utilise le storytelling à travers différentes plateformes pour impulser le changement social. Son travail explore les questions relatives aux femmes et jeunes filles, la justice sociale, les pratiques culturelles et l’innovation sociale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *